Symptômes

Dans l’anorexie mentale, la personne refuse de maintenir un poids normal minimum pour son âge et sa taille. Chez l’adolescente, surtout si elle est jeune, les symptômes ne sont pas tous présents et la maladie se manifeste par des préoccupations alimentaires, parfois de véritables phobies alimentaires, et corporelles ou encore la peur des nausées ou des vomissements.

L’évaluation du poids doit se référer aux tables de taille et de poids en relation avec l’âge. Chez l’adulte, l’index de masse corporelle ou BMI inférieur à 17,5. Le BMI se calcule en divisant le poids corporel par la taille au carré. Par exemple, une femme mesurant 1,68 m et pesant 44 kg a un indice de masse corporelle de :

Formule calcul anorexie

La personne craint habituellement de gagner du poids ou de devenir obèse et exprime un trouble significatif de la perception de ses dimensions et de ses formes corporelles.
Chez la femme pubère, ne prenant pas de produit de substitution hormonale, les règles sont arrêtées depuis plus de 3 cycles.

Les personnes présentant une anorexie mentale sont classées en deux sous-types : le type restrictif et le type boulimie/vomissements. Les sujets de type restrictif perdent du poids principalement par un régime, le jeûne, ou encore en faisant des exercices excessifs. Les sujets de type boulimie/vomissements se font vomir, utilisent des laxatifs et des diurétiques pour perdre du poids.

Conséquences physiques

Une ou plusieurs des conséquences mentionnées ci-dessous peuvent apparaître ; elles dépendent de la durée et de la gravité de l’anorexie.

  • Arrêt des règles (aménorrhée)
  • Diminution de la densité des os, risques d’ostéoporose
  • Sécheresse de la peau, perte des cheveux, ongles cassants
  • Constipation, ralentissement de l’évacuation du bol alimentaire de l’estomac
  • Frilosité
  • Lanugo (apparition d’un fin duvet de poils qui couvrent la peau)
  • Cyanose des extrémités
  • Crampes au ventre
  • Episodes de perte de contrôle de l’alimentation, boulimie

Conséquences psychologiques

Elles sont la conséquence de la restriction alimentaire et de la perte de poids.

  • Préoccupations alimentaires constantes : toutes les pensées sont occupées à comptabiliser les calories, la sélection des aliments, les menus, le choix de l’achat de la nourriture
  • Irritabilité, dépression
  • Insomnie
  • Isolement social
  • Difficultés d’attention et de concentration
     

Comportements

On observe chez les personnes souffrant d’anorexie un certain nombre de comportements. En voici quelques exemples :

Déni de la gravité de la maigreur actuelle : la personne souffrant d’anorexie nie farouchement avoir un problème sérieux avec la nourriture.

Obsession : c’est une perpétuelle obsession et toute sa vie est tournée autour de la nourriture : comment faire pour maigrir, pour cacher à son entourage le fait qu’elle ne mange pas. Elle peut mentir à son entourage afin de fuir des situations trop difficiles pour elle. L’obsession est telle qu’elle peut se peser plusieurs fois dans une même journée pour s’assurer qu’elle n’a pas pris un gramme ou passer des heures devant le miroir pour se regarder et vérifier la moindre parcelle de son corps.

Image de soi : la personne qui souffre d’anorexie a une piètre image d’elle-même. Elle a peu d’estime pour elle-même, ne se trouve pas belle ; elle ne s’aime pas.

Contrôle : la personne souffrant d’anorexie a besoin d’avoir le sentiment de contrôler sa vie : à ses yeux, ce contrôle passe par celui de la nourriture. Il arrive souvent qu’elle prenne possession de la cuisine et adore mijoter de bons petits plats pour son entourage sans y toucher elle-même. Ce contrôle s’exerce aussi sur l’évacuation de la nourriture par des vomissements provoqués ou par la prise de laxatifs et/ou diurétiques. Elle est dotée d’une très grande détermination et son organisation personnelle est imperturbable.

Perfectionnisme : les personnes anorexiques sont en général très perfectionnistes et réussissent brillamment leur scolarité car tout travail est préparé à la perfection. A la maison, l’anorexique a besoin d’être active. Elle déploie une immense énergie pour faire le ménage et maintenir un ordre impeccable.

Abandon de ses loisirs et perte de sa vie sociale : la personne souffrant d’anorexie est tellement obsédée par le désir de maigrir sans fin qu’elle va, petit à petit, s’enfermer dans son monde et être de moins en moins accessible pour son entourage qui, de son côté, a du mal à la comprendre et à accepter tous ces changements. Elle évite d’être invitée à manger chez des amis.

Hyperactivité : pour maigrir plus vite, la personne souffrant d’anorexie fréquente les centres de fitness, fait du sport de manière extrême et parfois même jusqu’à l’épuisement physique. Elle profite de chaque occasion pour dépenser davantage de calories.